Date de Tokyo : 24 Juin 2017 (19:35)
Japan Addiction Music

SKE48 : 9 idoles quittent le groupe !

SKE48 : 9 idoles quittent le groupe !

Kuwabara MizukiTakada ShioriHiramatsu Kanako (team S), Akaeda RirinaOgiso Shiori (team KII), Ueno Kasumi, Hara Minami (team E) et Kobayashi Emiri (Kenkyuusei) s’apprêtent à quitter les SKE48 !

L’annonce est tombée ce 15 janvier après la présentation au public du clip de Sore wo Seishun to Yobu Hi auquel participent les 8 idoles ci-dessus ainsi que Yagami Kumi qui avait annoncé son départ auparavant.

Yuasa Hiroshi, manager du SKE48 Theater s’est exprimé sur la situation :

Les activités des filles en tant que SKE48 ne sont qu’un passage dans leur vie. Bien qu’il soit triste de perdre n’importe laquelle de nos filles, je pense qu’il est préférable de ne surtout pas les empêcher d’atteindre leur vrai but. Après en avoir parlé avec Akimoto Sensei, nous avons décidé que les filles chanteront cette chanson ensemble.

Les filles, qui quitteront le groupe au printemps, se sont elles aussi exprimées :

Kobayashi Emiri :

Après avoir affronté la mort de mon père l’année dernière, je me suis mise à réfléchir au futur et j’ai décidé de quitter le groupe. Tout n’était pas rose mais mes activités en tant que SKE48 resteront quelque chose dont je suis fière pour le reste de ma vie. Maintenant, je veux atteindre un nouvel étage de mon éducation et je veux trouver la véritable Emiri.

Hara Minami :

J’ai commencé les SKE48 en tant que membre de la quatrième génération lorsque j’avais 14 ans, j’en ai maintenant 17. J’ai expérimenté beaucoup de choses, telles que la promotion d’une Team, les Senbatsu et les concerts. Afin de pouvoir utiliser toutes ces expériences et d’atteindre mon vrai rêve, j’ai décidé de quitter le groupe. Je n’oublierai jamais le temps que j’ai passé ici, les souvenirs avec vous et bien entendu les SKE48.

Ueno Kasumi :

Trois ans se sont écoulés depuis que j’ai rejoint les SKE48. J’ai gagné certaines choses, j’en ai perdu d’autre. J’ai décidé de me concentrer sur mes études, c’est pourquoi je quitte le groupe.

Ogiso Shiori :

J’ai eu 20 ans l’année passée et ce fut un grand tournant dans ma vie, je me suis mise à penser à plein de choses. Je souhaite étendre mes horizons et j’ai donc décidé de quitter le groupe.

Akaeda Ririna :

Je vais bientôt rentrer en deuxième année de collège. Comme mes amies envisagent d’entrer dans des écoles de haut-niveau, je pense que je ne devrais pas rester comme ça, je décide donc de quitter le groupe. Mes quatre années d’activités ont été géniales.

Yagami Kumi :

Bien que j’ai annoncé mon départ plus tôt, je vous prie de me laisser vous remercier une fois de plus. J’ai décidé de quitter le groupe pour voir le grand monde. Je suis prête à prendre un nouveau départ. Je sais que ce sera difficile mais je suis prête à surmonter les difficultés.

Hiramatsu Kanako :

Cela fait 4 ans et demi que je suis dans le groupe en tant que membre de la première génération. J’ai affronté mon futur pour la première fois lorsque je me suis brisée la jambe l’année passée. Afin de continuer à aimer les SKE48 et moi-même, je pense qu’il s’agit du meilleur moment pour quitter le groupe. J’ai trouvé un endroit qui brille dans mon coeur et je voudrais entreprendre mon voyage vers cet endroit.

Takada Shiori :

J’ai décidé de quitter les SKE48. J’ai rejoint le groupe en tant que collégienne et j’ai eu la chance de rencontrer tellement de gens. J’ai été heureuse d’avoir pu vous rencontrer vous qui m’avez toujours soutenu. J’aime la mode et je ne veux pas tout arrêter ici. Je vais faire de mon mieux pour atteindre mon rêve.

Kuwabara Mizuki :

J’ai aussi décidé de quitter le groupe. Mes activités en tant que SKE48 n’ont jamais été mon objectif final. Je veux entreprendre un second départ vers mon rêve.

Source : Natalie

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Passionné par la culture japonaise depuis son plus jeune âge, Marc Tunguz est le fondateur de Japan Addiction Network, un ensemble de sites destinés à promouvoir la culture japonaise dans les pays francophones.