Date de Tokyo : 25 Mai 2017 (21:30)
Japan Addiction Music

Review de Inoran – Dive Youth, Sonik Dive

Review de Inoran – Dive Youth, Sonik Dive
Note générale
3.5

Composition

Qualité des musiciens

Production

Originalité

Intérêt

Inoran, le guitariste d’un groupe de Visual qui a laissé son empreinte dans l’histoire musicale japonaise (LUNA SEA au cas où certain prendraient le train en marche), sort un premier album en France via le label Bishi-Bishi, son dixième au total. Intitulé Dive Youth, Sonik Dive, qu’est-on en droit d’attendre d’un des pionniers de la J-Music actuelle ?

Un album rock calibré pour le live

Le problème, lorsque l’on vient d’un groupe renommé et influent c’est que les attentes sont toujours beaucoup plus élevées que pour n’importe quel autre artiste. Alors quand le groupe en question est LUNA SEA, autant dire que les attentes sont au plus haut niveau. Ce serait pourtant une grave erreur que d’espérer replonger dans un univers de la même qualité que celui de LUNA SEA en commençant l’écoute du CD. C’est pourtant ce que j’ai fait et ma déception fut très grande… A vrai dire, dans cet état d’esprit, je ne pense pas que j’aurais donné une seconde chance à ce CD. Ceci dit, pour le bien de la review, je me le suis repassé plusieurs fois sans le comparer à ce que Inoran avait fait auparavant.

Et là, après trois écoutes, l’album prend un tout autre sens, celui d’un album calqué pour le live. On n’est pas ici dans la recherche musicale, on est dans l’efficacité ! Une guitare, une basse, une batterie et on envoie les riffs ! Très rock FM américain, l’album se révèle en effet très efficace tout au long et est très agréable à l’écoute lorsque l’on a envie d’écouter de la musique un peu plus directe et plus décomplexée.

Malheureusement, l’album souffre d’une production très moyenne. Ca ne gâche pas forcément le plaisir sur la plupart des pistes mais on sent que certains passages pêchus auraient pu l’être beaucoup plus !

Piste par piste

L’album s’ouvre avec Smoke et le ton est tout de suite donné, riff de guitare de type Rock FM, voix avec effet sur le couplet et refrain explosif. Totalement en anglais, la chanson passerait facilement sur n’importe quelle radio américaine. Clairement pas la meilleur de l’album, cette piste constitue à mon sens une bien mauvaise introduction et passerait beaucoup mieux en milieu d’album. Get Laid relève un peu le niveau, rythme syncopé et refrain efficace, on sent la chanson taillée sur mesure pour mettre le feu en live !

Grace and Glory est la piste qui aurait été l’ouverture parfaite. Riff rock aggressif, refrain FM qui rentre en tête, la chanson garde son rythme dynamique tout au long. Simple et efficace, la première bonne surprise de cet album !

Avec Selfless, on repart sur un rythme plus lent avec un riff de guitare lourd. On ressent ici la production moyenne de l’album qui fait beaucoup de mal à cette chanson qui est typiquement dans la veine de nombreuses chansons US, la production en moins. La batterie est vraiment mal mixée et l’ensemble paraît très brouillon. Dommage…

La deuxième bonne surprise de l’album arrive avec No Option et son pop-rock efficace. En duo avec Anna Tsuchiya, cette chanson a tout du hit parfait ! Couplet accrocheur, refrain qui entre en tête rapidement, ligne de basse efficace. Inoran prouve qu’il est capable de composer des hits pop rock avec beaucoup d’aisance.

Hide and Seek est probablement la piste rock que je préfère sur cet album. Un riff excellent en ouverture avec une rythmique intéressante et une puissance qui devrait faire mal en live !

One Big Blue démarre sur un riff qui rappelle fortement Tonight de Luna Sea. Mais la comparaison s’arrête là, le couplet part rapidement vers quelque chose de plus punk / rock. Ce n’est pas la meilleure piste de l’album mais elle reste de très bonne facture !

On calme le tout avec Nine Closets, la piste expérimentale de cet album. Une ligne de basse entêtante, une rythmique électronique et la voix aérienne d’Inoran. Pas grand chose à en dire… très répétitive, on se demande un peu ce qu’elle vient faire là…

Par contre, on lui pardonne immédiatement la piste précédente avec Home. Il s’agit d’une excellente piste instrumentale qui débute à la guitare pour ensuite faire monter l’émotion crescendo. On retrouve beaucoup de Luna Sea sur cette piste, et ça fait sacrément plaisir. Ca donne une idée de ce qu’aurait pu être l’album si toutes les pistes étaient de cette envergure.

On arrive déjà à la dernière piste de l’album, LEMONTUNE. Hymne Pop / rock, il s’agit d’un bon morceau pour clôturer cet album avec son refrain en deux temps, un début rock avec des guitares bien saturées comme il faut et une suite pop rock qui reste en tête.

Conclusion

Il évident que quiconque portera une oreille sur ce disque en espérant entendre un univers aussi fouillé que du LUNA SEA sera véritablement déçu. Ceux qui n’y porteront aucun préjugé en revanche devraient trouver cet album très rafraichissant et très agréable à écouter. Mis à part une production très moyenne, Inoran prouve qu’il est capable de composer des chansons taillées pour le live, qu’elles soient rock ou pop / rock. On sent clairement qu’Inoran vise le fun sur scène plutôt que la recherche musicale, pour ça, il a LUNA SEA.

En fait, le seul vrai problème de cet album est que d’excellents morceaux rock côtoient quelques morceaux très moyens, ce qui gâche un peu le dynamise de l’ensemble… Ceci dit, une chose est certaine, c’est que les pistes de Dive Youth, Sonik Dive devraient enchanter le public qui viendra le voir en live à Paris Manga et devrait permettre à ceux qui ne le connaissent pas de passer un très bon moment.

Meilleurs morceaux :

  • Home
  • Hide And Seek
  • No Option

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Passionné par la culture japonaise depuis son plus jeune âge, Marc Tunguz est le fondateur de Japan Addiction Network, un ensemble de sites destinés à promouvoir la culture japonaise dans les pays francophones.