Date de Tokyo : 25 Juin 2017 (9:06)
Japan Addiction Music

PLASTICZOOMS

PLASTICZOOMS

La tournée européenne de PLASTICZOOMS s’est achevée il y a peu de temps. Voici donc le moment de faire plus ample connaissance avec SHO ASAKAWA, le chanteur du groupe.

Dans un premier temps, pouvez-vous vous présenter?

SHO ASAKAWA, chanteur, compositeur, je m’occupe aussi du design et dirige nos vidéos.

D’où vient le nom « PLASTICZOOMS »? A-t-il une signification particulière pour vous?

Il n’y a pas de signification particulière.Nous avons focalisé notre choix sur le son, la “forme” du terme “PLASTICZOOMS”, et sur l’impact que cela pouvait avoir.

Quelles étaient vos activités, vos passions avant PLASTICZOOMS? Comment avez-vous commencé ce groupe?

De tout temps, j’ai été intéressé par la musique et la mode. Je pense qu’il existe une relation intime entre les deux. En fait, je me suis toujours interrogé sur l’industrie de la mode et de la musique. Produire de la bonne musique est bien sûr un pré-requis. Mais j’estime que l’on peut également produire d’autres supports, d’autres objets, avec la même qualité qu’un CD. Jusqu’à présent, nous avons collaboré avec des marques lors de la Tokyo Fashion week pour créer des objets exclusifs. Toujours rester dans une attitude créative, c’est ce qui nous fait avancer.

Comment avez-vous eu l’idée de mélanger autant de genres musicaux différents?

La musique nous touche, en général: le PUNK des 70′s, la NEW WAVE des 80′s, le POST PUNK, le GRUNGE des 90′s, l’INDIE des années 2000. Mais nous sommes toujours en recherche de nouveaux sons, donc nous écoutons de tour, du hip hop au R&B en passant par la techno, la pop…

Vous avez collaboré avec beaucoup de figures de la mode et participé à la semaine de la mode. Comment vous sentez-vous d’avoir été choisi pour ces partenariats?

Après avoir terminé mes études de stylisme, je me suis dirigé vers la musique, donc avoir eu ces opportunités dans le milieu de la mode est vraiment un honneur pour moi. Je suis impressionné et honoré que des gens acceptent les valeurs de PLASTICZOOMS, et je compte poursuivre ce genre d’activités et de collaborations dans le futur.

Pourquoi avoir choisi Berlin pour continuer vos activités?Qu’est ce qui vous a inspiré dans cette ville?

Berlin a de particulier qu’elle est en permanente évolution. Elle se développe en permanence, évolue, sa beauté n’est pas figée. Pour moi c’était nouveau. Je voulais connaître la scène musicale, voir si je pouvais trouver des connexions, quelque chose de “chimique”. J’aimais ce challenge. Berlin a été pour nous une large source de motivation, de stimuli. Dans la vie de tous les jours et bien sûr sur scène. Le temps passé à Berlin va avoir une influence déterminante sur nos activités futures, il est certain que cela va nous permettre de créer beaucoup de choses.

A propos de votre première tournée en Europe, quelles sont vos impressions?

Une tournée européenne était l’un de mes objectifs quand j’ai commencé PLASTICZOOMS. Donc j’ai été très heureux quand on a démarré le projet et évoqué la tournée. Cette tournée a été très formidable. Nous avons vu des fans nous suivre, nous encourager dans différents endroits. Et quand j’ai ressenti l’affection de notre équipe de tournée, j’ai été très touché. Après cette tournée, quels sont vos futurs projets? Nous allons enregistrer au Japon et envisageons de revenir l’an prochain pour travailler et tourner. Nous voulons que PLASTICZOOMS soit diffusé à travers le monde donc c’est maintenant le moment de se concentrer sur nos activités internationales.

Un dernier message pour vos fans?

Je suis heureux si vous avez ressenti de l’émotion grâce à notre travail. Jusqu’au bout, je créerai de meilleures choses. Nous nous verrons en live. Nous voulons rencontrer le plus de personnes possible, le plus souvent possible. Merci d’avoir lu cet article.

Interview: Vicky

Merci à Aurélie pour la traduction et la retranscription de l’interview

 

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

C'est avec le Visual-Kei que la passion du Japon est née pour Louise. Depuis une dizaine d'années, son univers se nourrit de cette culture et ce, par bien des aspects.