Date de Tokyo : 23 Juin 2017 (17:42)
Japan Addiction Music

Interview de Moumoon

Interview de Moumoon

A un peu moins d’un mois du festival Tokyo Crazy Kawaii Paris, le groupe Moumoon nous a accordé une interview dans laquelle il revient sur sa carrière et ses impressions sur leur prochain concert parisien.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire de votre rencontre et ce qui vous a amené à créer un groupe ?

YUKA: Tout a commencé quand un ami commun m’a fait écouter la démo qu’avait enregistré Masaki. Ce fut une rencontre choc !

MASAKI: Et par la suite, j’ai demandé à Yuka de m’écrire des paroles pour cette musique et nous l’avons enregistrée.

Et voilà ! C’était ça ! Nous tenions la symbiose parfaite entre ma musique et ses paroles, et nous avons enregistré plein d’autres démos par la suite. Puis à la même époque, on a commencé à se produire live, on a réussi à sortir un CD avec un label indé, et c’est comme ça que la machine s’est mise en route.

Que symbolise le nom du groupe ?

YUKA: Une lune douce, molle, moelleuse. Que les gens qui nous écoutent se sentent adoucis, bercés. Et tout comme la Lune qui change d’apparence, cela exprime aussi l’existence de nos diverses faces musicales.

MASAKI: La Lune a cet aspect doux et apaisant, et puis aussi un côté romantique.

Comment définiriez-vous votre style musical ?

YUKA: De façon la plus simple : de la pop japonaise. Le monde de Moumoon c’est une peu comme la réaction chimique si l’on mélangeait d’un côté une vision du monde réaliste et optimiste et de l’autre un monde féérique et un peu sombre.

MASAKI: Si l’on devait se baser sur le rythme et la mélodie, nous appartiendrions à plusieurs genres musicaux, je pense que cette facette multiple est très japonaise. Donc pour faire simple, nous faisons de la pop japonaise.

Quelle chanson recommanderiez-vous à quelqu’un qui n’a jamais entendu Moumoon, et pourquoi ?

YUKA: Je dirais Sunshine Girl. C’est une chanson très entraînante et qui vous donnera la pêche. Si vous souhaitez quelque chose de plus profond, j’aimerais que vous écoutiez Hallelujah ou Myself.

MASAKI: Sunshine Girl et Moonlight. Ce sont des chansons, très pop, très faciles à écouter et qui possèdent un univers bien particulier.

Yuka, puisque c’est vous qui êtes chargée de l’écriture des chansons, quels sont vos thèmes préférés ?

YUKA: L’amour, la haine, la confiance.

J’ai cru entendre que vous aviez besoin de marcher pour pouvoir écrire ? Est-ce vrai ? Pouvez-vous nous parler de votre processus d’écriture ?

YUKA: J’ai l’habitude de partir me promener en emmenant mon baladeur et un petit bloc notes. Quand je suis en forme, je peux marcher du matin au soir. Ces derniers temps, je réfléchis beaucoup à mes paroles quand je suis à la piscine ou à la salle de sport.

Et vous, Masaki, avez-vous aussi des techniques particulières pour trouver l’inspiration ?

MASAKI: Moi aussi, je ne sais pas pourquoi, mais quand je marche, j’ai beaucoup de nouvelles idées qui me viennent toutes seules et de mélodies qui se composent. Et quand je me sens bien, je prends ma guitare, je tâtonne mon piano, je m’amuse avec mes instruments et petit à petit une mélodie prend forme d’elle-même.

C’est votre première fois en France, que ressentez-vous à un peu plus d’un mois du concert ?

YUKA: C’est vraiment un rêve que de pouvoir jouer en concert en France, et chaque soir j’y pense avant de me coucher.

MASAKI: Je me demande toujours comment résonne notre musique à l’oreille des français, et que faire pour que ça leur plaise. J’ai vraiment hâte d’y être !

Avez-vous déjà une idée de la setlist du concert ?

YUKA: Oui, elle est presque totalement terminée

MASAKI: Oui !

Votre dernier album est sorti au début de cette année, quels sont vos projets pour le futur ?

YUKA: Nous nous concentrons sur la préparation d’un prochain album.

MASAKI: Nous avons composé de nouvelles chansons et nous sommes en train de les parfaire. Et plus récemment nous avons composé des musiques pour Disney ainsi que pour des publicités au Japon.

Avez-vous un message pour vos fans français et belges ?

YUKA: Rien ne nous rend plus heureux que de savoir que vous appréciez nos mélodies et nos chants. Nous y mettons tout notre coeur et nous espérons que vous continuerez à nous soutenir.

MASAKI: Bonjour à tous les français et les belges qui nous lisent ! J’espère que vous apprécierez notre musique, que nous composons avec soin et tendresse, et chaque nouvelle écoute vous apportera une nouvelle raison d’aimer Moumoon. Bien entendu, vous êtes tous les bienvenus dans nos concerts, et nous espérons vous y voir nombreux !

Merci à Tokyo Crazy Kawaii Paris pour avoir rendu cette interview possible !

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

A propos de l'auteur

Passionné par la culture japonaise depuis son plus jeune âge, Marc Tunguz est le fondateur de Japan Addiction Network, un ensemble de sites destinés à promouvoir la culture japonaise dans les pays francophones.